Le principe de la stimulation de nos muscles par des impulsion électriques est connu depuis l’antiquité. Voici une courte chronologie des événements qui ont marqué l’histoire de l’électromyostimulation (EMS) *.

  • 200 ans avant J.C. : traitement de maux de tête à l‘aide de rayons électriques (Claudius Galien en Asie mineure).
  • 1740 : « Utilisation de l‘électricité dans la science médicale » par Kratzenstein), ainsi que d‘autres travaux dans le cadre de la thérapie physique par Jallabert et Franklin.
  • 1780 : tests sur des cuisses de grenouille par Luigi Galvani, qui a apporté la preuve de l‘excitabilité musculaire par électrostimulation.
  • Premiers générateurs de puissance mécanique du 19ème siècle pour stimuler des zones musculaires locales
    (par Faraday et Duchenne).
  • Début du 20ème siècle : les lois fondamentales et la définition d‘une terminologie de l‘électrostimulation ont été posées par Gildenmeister et Lapique.
  • 1939 : des tests sur des mammifères ont permis d‘atteindre une puissance de contraction musculaire sensiblement plus élevée à l’aide d‘EMS qu‘avec des contractions volontaires.
  • 1960 : développement de la stimulation électrique fonctionnelle (FES) et TENS (neurostimulation électrique transcutanée ; Théorie du Gate Control), utilisée avec beaucoup de succès depuis en milieux thérapeutique et sportif.
  • 1971 : gains de force maximale chez les athlètes russes (« Méthode russe ») de 30 à 40 % (Kots et al.).
  • Années 1970 : commercialisation des ceintures abdominales comme Slendertone.
  • Fin des années 1990 : utilisation croissante de petits appareils d‘EMS (Compex en particulier) dans le sport.
  • Années 2000 : invention du Full Body EMS ou de l’EMS intégrale en Allemagne (par Miha Bodytec), c’est à dire l’application de l’EMS sur la quasi-totalité de la musculature squelettique, associée à une contraction musculaire volontaire.

* sont aujourd’hui utilisés différents termes pour désigner la stimulation musculaire par impulsions électriques, notamment :

  • électromyostimulation, électro-myo-stimulation (myo : du grèc ancien “muos”, en rapport avec le muscle), généralement raccourci par l’acronyme EMS.
  • électro-stimulation musculaire.
  • dans le cas d’une association de l’EMS à une contraction musculaire volontaire (statique ou dynamique), les scientifiques parlent d’une “électromyostimulation surimposée”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *